SUD éducation Gard-Lozère
L’école n’est pas une entreprise, l’éducation n’est pas une marchandise !

Syndicat inter-catégoriel de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche - Académie de Montpellier

SUD éducation Gard-Lozère déplore la loi du silence sur les cas de COVID dans l’Éducation nationale
Article mis en ligne le 1er octobre 2020
logo imprimer

Depuis la rentrée, nous assistons à une multiplication des cas de classes isolées dans les établissements du second degré, des cas de contamination sont avérés chez les élèves et les personnels ; et ce dans de nombreuses communes du département du Gard comme Nîmes, mais aussi à Villeneuve-lès-Avignon, Bagnols-sur-Cèze, Beaucaire, etc.

Comme cela était prévisible, le nombre de cas est en train d’exploser dans les établissements scolaires gardois, confirmant les chiffres de l’agence Santé publique France. Selon l’agence, 32 % des foyers de transmission (les « clusters ») sont en milieu scolaire et universitaire. En effet, les mesures sanitaires se durcissent partout, sauf dans l’Éducation nationale où l’on allège un protocole sanitaire qui permet d’entasser une trentaine de personnes dans des salles très souvent mal ventilées, dans des locaux qui sont désinfectés par les soins de personnels d’entretien en nombre insuffisant. Depuis la rentrée, les personnels n’ont pour seul moyen de protection que des masques grand publics qui ne sont pas considérés comme des équipements de protection individuelle au sens de la réglementation du travail.

Face à cette situation, trop peu de directions d’établissement communiquent auprès des équipes enseignantes. Les personnels doivent lutter pour obtenir des renseignements sur les absences des élèves, bien souvent sans succès : pas vraiment la meilleure méthode pour rompre avec le climat anxiogène qui règne sur nos lieux de travail depuis la rentrée ! Or, les enseignant·e·s aimeraient savoir s’iels sont potentiellement « cas contact » afin de se protéger davantage et de protéger leurs proches. Ce silence de l’administration a aussi un impact sur le plan pédagogique : les élèves absent·e·s, parfois quatre à cinq dans certaines classes, ont des difficultés pour suivre le travail scolaire. Iels peuvent avoir accès aux notions abordées via le cahier de textes mais, sans information particulière sur la situation de ces élèves, les personnels ne peuvent mettre en place un suivi plus adapté pour qu’iels ne prennent pas trop de retard.

SUD éducation Gard-Lozère revendique :
- une baisse des effectifs par classe (15 élèves en REP-REP+ ; 20 élèves hors REP-REP+ ;
- un recrutement massif de personnels à hauteur des besoins (enseignant·e·s, CPE, AED, AESH,
assistant·e·s social·e·s, psychologues de l’Éducation nationale, agent·e·s d’entretien) ;
- des masques à usage unique de qualité, gratuits pour les personnels et les élèves, fournis
par l’État
- des masques inclusifs pour les élèves et les personnels sourd·e·s et mal-entendant·e·s ;
- une politique de transparence vis-à-vis des cas avérés, pour restaurer la confiance des
équipes et améliorer la prise en charge de la scolarité à distances des élèves touché·e·s.

SUD éducation Gard-Lozère déplore la loi du silence sur les cas de COVID dans l’Éducation nationale



pucePlan du site puceContact puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2015-2021 © SUD éducation Gard-Lozère - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.39